Patrimoine

Les coquilles du chemin de Compostelle semées à Sceaux

Depuis vendredi 12 juin, de petites coquilles de bronze ont fait leur apparition près de la Coulée verte, au niveau de la rue Houdan et de la rue des Cheneaux.

Installées par la Ville sur proposition de l’association Compostelle 2000, elles ont vocation à matérialiser le chemin de Compostelle qui traverse Sceaux.

Les quatre clous-coquilles installés à Sceaux sont similaires à ceux qu'on trouve dans de nombreuses villes françaises et européennes situées sur le chemin de Saint-Jacques.

Scellées à même le sol, ces pièces de bronze mesurent une dizaine de centimètres de diamètre et sont orientées pour indiquer aux pèlerins la direction à suivre. Fabriquées par une fonderie alsacienne, elles arborent la célèbre coquille, symbole des chemins de Saint-Jacques.
« Nous avons contacté la ville de Sceaux au printemps pour lui proposer de valoriser l’itinéraire sur son territoire au moyen de ces clous-coquilles, et elle a tout de suite répondu favorablement à notre démarche », explique René Deleval, membre de l'association Compostelle 2000.

Une association engagée pour valoriser les chemins de Saint-Jacques

L'association francilienne Compostelle 2000 milite depuis près de 12 ans pour baliser le chemin méconnu de Saint-Jacques à travers toute l'Île-de-France. « Peu de gens savent que Paris et sa région sont historiquement un haut lieu de passage pour les pèlerins de Saint-Jacques », confie Jean-François Fejoz, un autre membre de l’association. « Au Moyen Âge, Paris était la plus grande ville d’Europe avec 200 000 habitants. Elle était donc un point de départ important pour de nombreux pèlerins ».
Depuis 2016, à l'initiative de l'association, plusieurs villes franciliennes ont décidé de matérialiser le chemin de Compostelle, à l'image de Massy, Gif-sur-Yvette, Arpajon, Rambouillet, Saulx-les-Chartreux, et plus récemment Paris. Désormais, la ville de Sceaux s'associe à ce beau projet et contribue à mettre en valeur le tracé de Saint-Jacques à travers la région.