L’histoire de la famille Curie à Sceaux

Des biographies de Pierre Curie, Marie Curie, Irène Joliot-Curie et Frédéric Joliot-Curie sont à retrouver sur la page "Les personnalités" et des informations complémentaires sont également consultables sur le site Internet des archives municipales de Sceaux.

L’histoire de la famille Curie à Sceaux commence en 1892 avec l’installation au 13 rue des Sablons (rue Pierre-Curie), de Sophie-Claire Depouilly et du docteur Eugène Curie, les parents de Pierre Curie.

Pierre, professeur à l'École Municipale de Physique et de Chimie Industrielles de Paris, vivait à leurs côtés à Sceaux avec son frère.

Maria Salomea Skłodowska arriva à Paris, de Varsorvie, en 1891 pour suivre des études à la faculté des sciences. Quelques années plus tard, cherchant un local pour mener des recherches sur le magnétisme et financer la suite de ses études, un professeur lui conseilla de s’adresser à Pierre Curie, en charge de travaux pratiques à l’École Municipale de Paris. Pierre et Marie  se rencontrèrent en 1894.

L’année suivante, le 26 juillet 1895, à 11h30, Michel Charaire, maire de Sceaux, procédait à l'union de Pierre Curie et de Marie Skłodowska à la mairie de Sceaux.

Pierre et Marie prenant la pose avec leurs cadeaux de mariage, devant la maison de la famille Curie

Pierre et Marie prenant la pose avec leurs cadeaux de mariage, devant la maison de la famille Curie

Les jeunes mariés emménagèrent ensuite rue de la Glacière à Paris mais ils prenaient régulièrement le train pour venir à Sceaux, visiter la famille de Pierre et s'adonner aux joies de la campagne. Une chambre de la maison familiale leur était réservée au premier étage pour travailler en toute tranquillité.

En 1903, Pierre et Marie Curie obtinrent conjointement à Henri Becquerel le prix Nobel de physique pour leurs recherches sur les phénomènes de radiation.

Prix Nobel de Pierre et Marie Curie

Prix Nobel de Pierre et Marie Curie obtenu en 1903

Pierre décéda à l’âge de 46 ans à Paris, le 19 avril 1906, suite à un accident mortel. Ses obsèques eurent lieu à Sceaux dans l’intimité familiale et il fut inhumé aux cotés de sa mère au cimetière municipal.

Marie continua ses recherches et son enseignement à Paris mais vint alors s’installer à Sceaux pour retrouver une ambiance familiale. Avec ses deux filles, Irène et Eve, elle s’installa dans une maison située 6 rue du Chemin de Fer (rue Jean Mascré). Son beau-père, Eugène Curie, emménagea avec elles dans un pavillon indépendant en 1907.

Le 23 février 1907, le conseil municipal de Sceaux décida de renommer la rue des Sablons. Cette rue s’appelle depuis lors rue Pierre-Curie.

En 1911, Marie Curie obtint le prix Nobel de chimie pour ses travaux sur le polonium et le radium. Elle est la seule femme à avoir reçu deux prix Nobel et la seule parmi les lauréats à avoir été récompensée dans deux domaines scientifiques distincts.

Malade elle décéda en juillet 1934 et fut inhumée selon sa volonté à Sceaux aux côtés de son époux dans le caveau familial de la famille Curie.

Irène Curie, la fille ainée de Pierre et marie, rencontra Frédéric Joliot, qui avait étudié au lycée Lakanal, en 1925 à l’Institut du Radium, dans le laboratoire de Marie Curie. Ils se sont mariés en 1926 et ont conjointement obtenu le prix Nobel de chimie en 1935 pour la découverte de la radioactivité artificielle.

En 1936, sous le ministère de Léon Blum, le lycée de jeunes filles de Sceaux pris le nom de lycée Marie Curie.

Irène et Frédéric Joliot-Curie décédèrent en 1956 et 1958, tous deux sont inhumés au cimetière de Sceaux, à proximité de la tombe de la famille Curie.

Depuis le 20 avril 1995 et une décision du président Miterrand, Marie Curie et Pierre Curie reposent à Paris, au Panthéon, parmi les personnalités ayant marqué l’histoire de France. Un reportage vidéo de la « panthéonisation » de Pierre et Marie Curie est consultable sur le site Internet ina.fr.

Informations annexes au site