Les personnalités

De par sa riche histoire et sa situation privilégiée, Sceaux a accueilli nombre de personnalités. En voici quelques-unes brièvement présentées. Une liste plus exhaustive et de nombreuses informations complémentaires sont consultables sur le site Internet des archives municipales de Sceaux.

Colbert

Jean-Baptiste Colbert est né à Reims le 29 août 1619 et il est décédé à Paris le 6 septembre 1683. Il était contrôleur général des finances de France de 1665 à 1683, Secrétaire d'Etat de la Maison du Roi et Secrétaire d'Etat de la Marine de 1669 à 1683, Ministre de Louis XIV. Sa devise était : «pour le roi, souvent ; pour la patrie toujours. »

Créateur du domaine de Sceaux, il en a fait l'un des plus beaux de France grâce à André Le Nôtre, qui en a dessiné les jardins, et à Charles Le Brun, qui a orchestré la décoration des bâtiments et du parc. Il avait installé à Sceaux un marché aux bestiaux qui alimenta Paris en viande pendant près de deux siècles et il avait mis à disposition des habitants deux fontaines publiques. Il participa également au financement de l’église Saint-Jean-Baptiste. En juillet 1677, Louis XIV venu lui rendre visite à Sceaux dira à son ministre qu'il ne s'est jamais si agréablement diverti.

Le marquis de Seignelay

Jean-Baptiste Antoine Colbert, marquis de Seignelay et de Châteauneuf-sur-Cher, baron de Lignières, est né le 1er novembre 1651 à Paris. Il est décédé le 3 novembre 1690. Il était secrétaire d’Etat de la Marine de 1683 à 1690. Il est le fils du Grand Colbert.

Il a fait construire en 1686 l'orangerie du domaine de Sceaux par Jules Hardouin-Mansart et il a considérablement agrandit le domaine en portant la surface du parc à près de 227 hectares. Il a fait créer le Grand Canal, long de 1 140 mètres, par André Le Nôtre.

Le 16 juillet 1685, le marquis reçu Louis XIV, Mme de Maintenon et toute la Cour lors d'une fête demeurée célèbre. L'Idylle de Sceaux, aussi nommée Idylle de la paix, œuvre de Lully et de Racine fut jouée pour l’occasion dans l’orangerie du domaine de Sceaux.

Le duc et la duchesse du Maine

Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine, duc d'Aumale, prince souverain des Dombes, comte d’Eu, est né à Saint-Germain-en-Laye le 31 mars 1670 et il est décédé à Sceaux le 14 mai 1736. Il est le fils légitimé de Louis XIV et de madame de Montespan.

Anne Louise Bénédicte de Bourbon-Condé, Mademoiselle d’Enghien, puis Mademoiselle de Charolais, enfin duchesse du Maine, est née à Paris le 8 novembre 1676 et elle est décédée à Paris le 23 janvier 1753. Elle est la petite-fille du Grand Condé et la fille du prince de Condé, premier prince du sang, et de la princesse Palatine Anne de Bavière.

Tous deux furent inhumés avec leur fils, le comte d’Eu, dans l’église Saint-Jean-Baptiste. Une plaque en leur honneur autrefois posée sur le caveau seigneurial est toujours visible dans l’église de Sceaux.

Au 18e siècle, la duchesse du Maine a fortement œuvré au rayonnement du domaine de Sceaux où une cour princière très festive accueillait les artistes de l’époque. C’est à Sceaux, lors d’une journée passée chez la duchesse du Maine que Voltaire eu l’idée d’écrire Zadig.

En 1703, la duchesse qui ne manquait pas d’humour, créa l'ordre de la Mouche à Miel, un ordre de chevalerie fantaisiste dont les membres se devaient de participer aux fêtes et amusements de Sceaux. La médaille de cet ordre indiquait que la duchesse du Maine en était la « dictatrice perpétuelle ».

En 1718, le duc et la duchesse du Maine participèrent à la conspiration de Cellamare qui visait à faire attribuer la régence au roi d’Espagne. Ce complot fut un échec et tous deux furent un temps emprisonnés.

La duchesse fit également transformer la fabrique de poterie de Sceaux en fabrique de céramique. La faïence de Sceaux connut la prospérité au 18e siècle et des réalisations sont visibles à l’hôtel de ville et au musée départemental.

De 1720 à 1722, c’est à nouveau la duchesse qui fit aménager par Jacques de La Guêpière le jardin de la Ménagerie autour d’un pavillon central dans l’esprit des grands parcs classiques.

Le duc de Penthièvre

Louis Jean Marie de Bourbon, duc de Penthièvre, d'Aumale, de Rambouillet, de Gisors, de Châteauvillain, d'Arc-en-Barrois, d'Amboise, comte d'Eu et seigneur du duché de Carignan, est né à Rambouillet le 16 novembre 1725 et il est mort au château de Bizy, à Vernon, le 4 mars 1793.

Il a recueilli l'énorme patrimoine foncier des enfants du duc du Maine. Il séjournait assez peu à Sceaux mais se manifestait par des actes de bienfaisance, faisant distribuer dans le pays d’abondants secours par son intendant puis plus tard par Florian, qui était son gentilhomme. Il a fait ériger le bâtiment de l’Intendance du domaine de Sceaux.

Florian

Jean-Pierre Claris de Florian, écrivain cévenol, membre de l’académie française, est né à Sauve en 1755 et il est décédé à Sceaux en septembre 1794. Il était gentilhomme du duc de Penthièvre, alors propriétaire du domaine de Sceaux. Il est inhumé au cimetière de Sceaux.

Dans la culture française, Florian est essentiellement célèbre pour ses Fables à l’origine de plusieurs expressions telles  « pour vivre heureux, vivons cachés », « chacun son métier, les vaches seront bien gardées », « rira bien qui rira le dernier ».

Originaire du Languedoc, Florian avait situé l’action de son roman pastoral Estelle et Némorin sur les bords du Gardon et avait enrichi cet ouvrage en français d’une chanson en « languedocien ». Au 19e siècle, cela lui valut d’être considéré comme un précurseur de leur action par les tenants de la renaissance de la langue d’oc, aux premiers rangs desquels figuraient les membres du Félibrige, mouvement littéraire fondé en 1854 par Frédéric Mistral et quelques amis, pour défendre et promouvoir la « langue du sud ». C’est l’origine de la tradition félibréenne de Sceaux.

Pierre-François Palloy, « le Patriote »

Pierre-François Palloy est né à Paris le 22 janvier 1755 et il est mort à Sceaux le 19 janvier 1835. Il était maître-maçon et entrepreneur de travaux publics.

En juillet 1789, après la prise de la Bastille, il s’est vu confié le chantier de démolition de la Bastille alors qu’il avait déjà commencé l’ouvrage sans mandat. Il en a fait grand profit en revendant des maquettes et les pierres de la Bastille. Il fit frapper de nombreuses médailles commémoratives, les « médailles Palloy ».

À Sceaux, Palloy s’était fait construire deux maisons avec les pierres de la Bastille. Ces maisons sont situées aux 35 et 37 rue des Imbergères.

Jean-Baptiste Bernadotte, roi de Suède et de Norvège (Karl XIV Johan ou Karl III Johan)

Jean-Baptiste Jules Bernadotte est né le 26 janvier 1763 à Pau et il est décédé le 8 mars 1844 à Stockholm. Il fut soldat du roi de France, général, ambassadeur, ministre, maréchal, prince d'empire et enfin roi de Suède et de Norvège sous le nom de Charles XIV Jean de Suède.

Général de brigade sous la Révolution, il fut ambassadeur à Vienne en 1798 et reçut le commandement de l’armée du Rhin la même année. Il fut plus tard ministre de la guerre en 1799. Rallié à Napoléon en 1804, il devint gouverneur à Hanovre puis reçu le bâton de maréchal.

Devenu gouverneur des villes hanséatiques, en guerre contre la Suède, il suspendit les combats lorsque le roi Gustave IV fut renversé en 1808. Brouillé avec Napoléon après la bataille de Wagram, il se vit offrir le trône par les Suédois qui avaient apprécié sa politique à leur égard. Il se vit consacré prince héritier du royaume de Suède et de Norvège en 1810. Le 21 août 1818, il devint roi de Suède sous le nom de Charles XIV en remplacement du vieux roi Charles XIII qui l'avait adopté comme son fils.

Sceaux n’a été qu’un bref épisode de repos dans la vie mouvementée de Jean-Baptiste Bernadotte. Il s’était installé à Sceaux au cours de l’été 1798 dans une petite maison située 3 rue de la Lune, dans la partie ouest de l’actuelle rue des Imbergères. Il s’est marié à la mairie de Sceaux avec  Désirée Clary le 17 août 1798.

Le duc de Trévise

Napoléon Mortier de Trévise, marquis de Trévise puis 2e duc de Trévise, est né à Issy-les-Moulineaux le 6 août 1804 et il est mort au château de Sceaux le 29 décembre 1869. Il était pair de France, sénateur et chambellan de Napoléon III. Il est le fils du maréchal d’Empire Edouard Mortier.

Après la Révolution française, le domaine de Sceaux fut transformé en école d’agriculture et le château de Colbert fut détruit pour en vendre les matériaux.

En 1828, le duc de Trévise épousa Anne-Marie Lecomte. Cette dernière hérita de la terre de Sceaux en 1829 et le duc et la duchesse firent replanter le parc, recreuser les pièces d’eau et construire en 1856 le château actuel de Sceaux.

Victor Baltard

Victor Baltard est né à Paris le 10 juin 1805 et il y est mort le 13 janvier 1874. Il fut architecte puis directeur des services d’architecture de la ville de Paris.

Il a rénové plusieurs églises parisiennes comme l’église de Saint-Germain-des-Prés, l’église Saint-Eustache et l’église Saint-Séverin. Il est particulièrement célèbre pour avoir réalisé les anciennes Halles de Paris entre 1852 et 1872.

À Sceaux, il a fait construire sa villa, toujours visible, rue Bertron. Il est inhumé au cimetière de Sceaux.

Valentin le désossé

Jules Etienne Edme Renaudin, surnommé Valentin le Désossé, est né à Paris le 26 février 1843 et il est mort à Sceaux le 4 mars 1907. Il était danseur et contorsionniste. C’est le frère d’Hugues Renaudin, notaire et bienfaiteur de Sceaux. Il est inhumé au cimetière de Sceaux dans la chapelle funéraire Renaudin.

Danseur passionné, « Valentin-l'homme-serpent » se produisait pour son plaisir au Trivoli Vauxhall avant de devenir maître de ballet au Valentino, chez Mabille, à l'Elysée-Montmartre et de présenter des spectacles au Moulin-Rouge aux côtés de la Goulue. C'était un cavalier enthousiaste que rencontrait souvent Toulouse-Lautrec. Toulouse-Lautrec a rendu sa silhouette maigre et coiffée d'un chapeau célèbre dans le monde entier en la représentant sur l'affiche composée en 1891 pour le Moulin-Rouge.

Pierre et Marie Curie

Marie Curie est née Maria Salomea Skłodowska à Varsovie le 7 novembre 1867. Elle est morte à Passy le 4 juillet 1934. C’était une physicienne et une chimiste d’origine polonaise naturalisée française. Elle a obtenu conjointement à Henri Becquerel et Pierre Curie, le prix Nobel de physique en 1903 pour ses « recherches sur les phénomènes de radiation » et elle a obtenu le prix Nobel de chimie pour ses travaux sur le polonium et le radium en 1911. Elle est la seule femme à avoir reçu deux prix Nobel et la seule parmi tous les lauréats à avoir été récompensée dans deux domaines scientifiques distincts.

Pierre Curie est né à Paris le 15 mai 1859 et il y est mort le 19 avril 1906. C’était un physicien français. Il est principalement connu pour ses travaux en radioactivité, en magnétisme et en piézoélectricité. Il a obtenu conjointement à Henri Becquerel et Marie Curie le prix Nobel de physique en 1903.

Pierre et Marie Curie étaient enterrés au cimetière de Sceaux avant qu’ils ne rejoignent le Panthéon en avril 1995. Leur tombe est toujours présente au cimetière communal.

Maria Skłodowska est arrivée en France à l'âge de vingt-quatre ans pour suivre des études de sciences et elle a rencontré Pierre Curie au cours de recherches sur le magnétisme.

Ils se sont mariés le 26 juillet 1895 à la mairie de Sceaux devant le maire d’alors, monsieur Michel Charaire. La mariée avait 28 ans et résidait à Paris avec son père. Pierre Curie, professeur à l'école de physique et de chimie de la ville de Paris, habitait à Sceaux chez ses parents avec ses deux frères, au 13 rue des Sablons.
Ils ont emménagé à Paris après leur mariage mais venaient régulièrement à Sceaux les week-ends. Une chambre de la maison paternelle leur était réservée au 1er étage.

Pierre Curie est mort accidentellement en 1906 sous les roues d'un véhicule parisien et il fut inhumé dans le cimetière de Sceaux où reposait déjà sa mère. Marie Curie vint vivre à Sceaux après ce décès afin d'y retrouver une ambiance familiale, loin de la célébrité de la capitale. Elle s’installa alors à Sceaux avec ses deux filles, Irène et Eve, dans une maison située 6 rue du Chemin de Fer. Son beau-père, Eugène Curie, emménagea avec elles en 1907 dans un pavillon indépendant.

Marie Curie fut la première femme à obtenir un doctorat ès sciences à Paris et la première femme professeur à la Sorbonne.  Pendant la première guerre mondiale, elle s'engagea dans la Croix rouge et parti avec sa fille Irène sur le front pour soigner les blessés. Malade elle est décédée en juillet 1934 et a été inhumée selon sa volonté aux côtés de son époux dans le cimetière de Sceaux. Tous deux reposent à présent au Panthéon.

Irène et Frédéric Joliot-Curie

Irène Joliot-Curie est née le 12 septembre 1897 à Paris et elle y est morte le 17 mars 1956. Elle était chimiste, physicienne et femme politique. En France, elle fut l’une des premières femmes membre d’un gouvernent en devenant sous-secrétaire d’Etat à la Recherche scientifique en 1936 dans le gouvernement du Front populaire. Directrice de l’institut du radium en 1946, elle fut l’un des premiers membres du Commissariat à l’énergie atomique (CEA). C’est la fille aînée de Pierre et de Marie Curie.

Frédéric Joliot-Curie est né le 19 mars 1900 à Paris et il est mort à Paris le 14 août 1958. Il était physicien et chimiste. Il fut professeur au Collège de France, directeur de l'Institut du radium et membre de l'Académie des sciences. Directeur du CNRS en 1945, le général de Gaulle lui demanda de créer le Commissariat à l’énergie atomique (CEA), il y joua un rôle majeur en tant que haut-commissaire. Peu de temps avant la seconde guerre mondiale, l'équipe du Collège de France dirigée par Frédéric Joliot-Curie découvrit la fission nucléaire. Artisan d’une utilisation pacifique de l'énergie atomique, Frédéric Joliot-Curie prit part à diverses actions pour la paix et le désarmement nucléaire.

Après des études en partie passées au lycée Lakanal, Frédéric Joliot rencontra Irène Curie en 1925 à l’Institut du Radium dans le laboratoire de Marie Curie. Ils se sont mariés en 1926 et ont conjointement obtenu le prix Nobel de chimie en 1935 pour la découverte de la radioactivité artificielle.

Tous deux sont inhumés au cimetière de Sceaux, à proximité de la tombe où se trouvaient Pierre et Marie Curie.

L’amiral Tchitchagov

Pavel Vassilievitch Tchitchagoff est né à Saint-Petersbourg en 1767 et il est mort à Paris le 10 septembre 1849. Il fut officier de marine, amiral et ministre de la Marine russe.

Pavel Vassilevitch Tchitchagoff reçut en 1812 le commandement de l'armée de Turquie et des principautés danubiennes. Le tsar, préoccupé par l’invasion des troupes de Napoléon, rappela Tchitchagoff et son armée pour couper la retraite aux Français revenant de Moscou.  Koutousoff, généralissime, et Tchitchagoff n’entretenaient pas de bons rapports ; en raison d’une mauvaise coordination, l’armée de Tchitchagoff se trouva seule face à Napoléon lors de la bataille de la Bérézina. Le gel de la rivière et des marais permis aux troupes napoléoniennes de s’échapper. Une cabale orchestrée par Koutousoff rendit l’Amiral Tchitchagoff responsable de cet échec.

Tchitchagoff s’est installé à Sceaux en 1822 en achetant la Maison de la Croix, une demeure du 18e siècle appelée communément aujourd’hui le château de l’amiral. En 1826, il acheta une concession au cimetière de Sceaux pour son frère Bazil Vassilevitch. L’amiral partageait son temps entre la France et l’Angleterre où résidaient deux de ses trois filles. Il se fit naturaliser anglais et revendit sa propriété de Sceaux en 1842 à Adolphe Bertron. Il mourut en 1849 à Paris chez sa fille Catherine, comtesse du Bouzet et fut inhumé aux côtés de son frère dans le cimetière de Sceaux.

Eugène Grasset

Eugène Samuel Grasset est né à Lausanne le 25 mai 1845 et il est décédé à Sceaux le 23 octobre 1917. C’était un graveur, un affichiste et un décorateur français d'origine suisse.

Il travailla comme peintre et sculpteur à la décoration du théâtre de Lausanne puis s'installa à Paris en 1871 où il travailla comme designer et réalisa de très nombreux travaux graphiques dans des domaines variés. Il a créé en 1890 le logotype de la Semeuse soufflant une fleur de pissenlit pour le dictionnaire Larousse. Célèbre mondialement, il a été l'initiateur de l'Art nouveau aux Etats-Unis. Il a obtenu la nationalité française en 1891 et fut nommé chevalier puis officier de la Légion d'honneur. Assez discret dans sa vie privée, il était énormément impliqué dans sa vie professionnelle.

À Sceaux, Eugène Grasset habitait dans la maison auparavant occupée par les parents de Pierre Curie, rue des sablons, devenue rue Pierre Curie. Il fut inhumé au cimetière de Sceaux dans une concession décennale en octobre 1917. La concession aurait été reprise au bout de dix ans et il aurait été déplacé dans l'ossuaire des concessions temporaires.

André Lurçat, Louis Arretche, Henri Colboc, Jean Willerval…

D’Hector Guimard à Mallet-Stevens, nombreux sont les architectes à avoir œuvré à Sceaux. Certains comme André Lurçat, Louis Arretche, Henri Colboc et Jean Willerval avaient aussi choisi de vivre à Sceaux.

Une page présentant les principales maisons d’architectes de Sceaux sera mise en ligne ultérieurement. Une biographie de chaque architecte de Sceaux est présente sur le site Internet des archives municipales de Sceaux.

Alain Delon

Alain Fabien Maurice Marcel Delon est né à Sceaux de parents modestes en 1935. Acteur emblématique du cinéma français, il est l’un des Scéens les plus célèbres.

Après le divorce de ses parents, Alain Delon connut une enfance compliquée suite à un placement en famille d'accueil alors qu’il n’avait que 4 ans. Il retourna vivre chez sa mère à l’adolescence et travailla à Bourg-la-Reine dans la boucherie de son beau-père. Il passa un CAP charcuterie puis s’engagea dans la Marine à 17 ans ; il fut affecté à Saïgon en Indochine.

De retour à Paris, Alain Delon s’est tourné vers le cinéma suite à ses rencontres avec Jean-Claude Brialy et Yves Allégret. Il a joué dans un premier film, « Quand la femme s'en mêle », à 22 ans et a ensuite enchainé les succès avec « Plein soleil » de René Clément, « Rocco et ses frères » de Luchino Visconti et « Le Guépard ». Il a finalement joué dans plus de 90 films tels « Le Samouraï » de Jean-Pierre Melville, « Borsalino » de Jacques Deray et « Le Clan des Siciliens » d'Henri Verneuil.

Il a obtenu en 1985 le César du meilleur acteur pour sa prestation dans « Notre histoire » et il a reçu une Palme d'honneur du festival de Cannes pour l'ensemble de sa carrière en 2019.

Courte étape dans une vie mouvementée et riche en polémiques, Alain Delon n’a que peu de souvenirs de Sceaux. Il se souvient néanmoins qu’enfant, sa beauté attirait déjà le regard des passants. Il raconte que lors des promenades en poussettes qu’il effectuait avec sa maman dans les allées du parc de Sceaux, l’intérêt que les promeneurs lui portait était tel que sa maman avait accroché un écriteau à sa poussette pour indiquer aux curieux « regardez-moi mais ne me touchez pas ».

Outre ces personnalités, la cité scolaire Lakanal a accueilli nombre d’étudiants devenus célèbres. Il est possible de citer parmi eux Charles Peguy, Alain Fournier, Maurice Allais, Thierry Le Luron, Julien Clerc, Cédric Klapisch et plusieurs rugbymen du XV de France tels Mathieu Bastareaud et Wesley Fofana.